Calculs rénaux

 

Qu'est ce qu'un calcul rénal

 

 

Les calculs rénaux sont définis par la présence d'un ou de plusieurs "petits cailloux" dans les voies urinaires. Ils peuvent se coincer et entraîner de fortes douleurs qu'on appelle "coliques néphrétiques"Avoir des calculs rénaux est une maladie fréquente puisque 2 à 3 % de la population française est touchée.

Si 90 % des calculs s'éliminent spontanément par les voies urinaires avec l'urine parce qu’ils sont aussi petits qu’un grain de sable (quelques millimètres), certains, plus gros, peuvent migrer du rein dans l’uretère et se coincer,  provoquant une obstruction brutale du canal. Cela entraîne une hyperpression en amont et une distension des cavités urinaires.

L'urine a des difficultés à s'évacuer ce qui entraîne des douleurs intenses et brutales dans le bas du dos qui irradient vers le bas du ventre, le flanc (du côté concerné), l'aine et les organes génitaux. Plus la voie urinaire est obstruée, plus la douleur est intense. Elle ne cède pas à la prise d’antalgiques classiques. En fonction de la migration du calcul, la douleur peut durer de quelques minutes à quelques heures, se calmer pour repartir quelques minutes, quelques heures, voire quelques jours plus tard. 

En cas de colique néphrétique, il faut diminuer la prise de liquide pour diminuer la diurèse et l'hyperpression, et consultez très rapidement.

De nombreuses personnes ont des calculs rénaux sans le savoir car ceux-ci n’entraînent aucun symptôme tant qu'ils n'obstruent pas l'uretère (le canal reliant le rein à la vessie) ou ne provoquent pas d'infection urinaire. C'est bien souvent au cours d'une échographie ou d'une radiographie de l'abdomen sans préparation pour une autre raison qu'ils sont découverts. S'ils sont de petite taille, ils peuvent s'éliminer naturellement sans douleur.

 

 


Certaines maladies génétiques sont à l'origine de calculs urinaires récidivants. Ainsi, la cystinurie est une maladie responsable de la fabrication de calculs urinaires cystiniques, particulièrement récidivants en l'absence de prise en charge spécialisée. Pourtant, de nombreuses solutions existent pour éviter les récidives.